Monday, August 07, 2006

All or nothing

On the Shebaa Farms (' érigé depuis 2000 par Hassan Nasrallah en une petite Alsace-Lorraine libanaise'):
«Aussi longtemps que ce prétexte subsistera, les autorités libanaises ne pourront pas désarmer de quelque façon que ce soit le Hezbollah», faisait remarquer hier au Figaro un membre du gouvernement libanais.
[...] «J'estime que le Liban ne rejette pas en bloc le texte de la résolution», a expliqué hier au Figaro Marwan Hamadé, le ministre libanais des Télécommunications. «Le Liban formule plutôt une série de contre-propositions qu'il souhaite voir ajoutées au projet», a dit ce député druze, proche de Walid Joumblatt et partisan résolu du désarmement de la milice chiite. «Ces points essentiels sont le retrait israélien du Liban-Sud, sans lequel les déplacés ne pourront pas rentrer chez eux. Et la mise immédiate du secteur des Fermes de Chebaa sous contrôle international. Le statut futur de cette zone pourrait être discuté ultérieurement, mais il est essentiel, pour pouvoir désarmer d'une façon ou d'une autre le Hezbollah, de le priver de son principal prétexte pour rester sous les armes.»
On the other hand:
Le président du parlement, Nabih Berri, [...] le chef du parti chiite Amal, dont le Liban-Sud est le principal fief, n'est pas seulement le troisième personnage de l'État libanais. Il est aussi le porte-parole officieux de Hassan Nasrallah et l'intermédiaire incontournable de tout dialogue avec le secrétaire général du mouvement [...]. «Cette résolution demande tout au Liban et rien à Israël, a déclaré Nabih Berri. Le Liban est occupé et on lui demande de désarmer. La guerre est celle de tout le Liban et pas seulement celle du Hezbollah !»  Beyrouth réclame un retrait israélien du Liban-Sud  
That rien was what was said to be the everything a few days ago: that Israel stop its bombardment.

More:
Réagissant au rejet du texte par Beyrouth, Paris, via son ministre des Affaires étrangères, a assuré avoir « pris note » des demandes du Liban. S’exprimant au micro de RTL, Philippe Douste-Blazy a toutefois souligné qu'il fallait que le Liban comprenne qu'un accord ne se ferait qu'« à deux », c'est-à-dire avec l'aval de la partie israélienne. Le Liban veut amender le projet de résolution franco-américain  
...

0 Comments:

Post a Comment

<< Home

Links to this post:

Create a Link